En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

 
Les honoraires de Maître Valérie Fructus-Barathon sont fixés librement et en accord avec le client.
 
Ils peuvent également être pris en charge totalement ou partiellement par l’Etat dans le cadre de l’aide juridictionnelle ou par votre compagnie d’assurance au titre de la garantie protection juridique.
 

Les honoraires


Les honoraires de Maître Valérie FRUCTUS-BARATHON peuvent être fixés de trois manières :
 
– selon un forfait : un tarif global et forfaitaire est fixé dès le premier rendez vous. Ce tarif s’applique aux affaires en droit de la famille et du divorce, droit pénal et droit des affaires.
Il est bien évidemment possible de convenir d’un échelonnement raisonnable des paiements.
 
– selon une convention d’honoraires Maître Valérie FRUCTUS-BARATHON conclut avec le client une convention d’honoraires comprenant un honoraire forfaitaire quelque soit l’issue de la procédure et un honoraire de résultat (pourcentage des sommes gagnées par le client dans le cadre d’une procédure ou d’une transaction). Cette formule est beaucoup utilisée en droit des victimes dans la mesure où ces dernières sont généralement dans une situation économique difficile.
 
– au temps passé : le tarif horaire de Maître Valérie FRUCTUS-BARATHON est de 250 € HT. Cette formule s’applique aux dossiers extrêmement complexes.
 

L’aide juridictionnelle


Maître Valérie FRUCTUS-BARATHON aide les justiciables les plus démunis en acceptant de traiter les affaires des personnes bénéficiant de l’aide juridictionnelle.
Les clients doivent retirer un dossier d’aide juridictionnelle auprès du Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre le remplir et fournir toutes les pièces justificatives sollicitées.
Maître Valérie FRUCTUS-BARATHON donne son accord écrit pour obtenir l’aide juridictionnelle.
L’aide juridictionnelle est accordée soit totalement, soit partiellement, en fonction des revenus du justiciable, dont le plafond est fixé chaque année par décret.